Tops-Sites

Partagez|

[13 octobre 1922]Trafic? ou meurtre sur le quai Morgue? [Ft-Arthur Kirkland] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Tour Galia
Tour Galia

Message : 40
Date d'inscription : 14/08/2016
Age (RP) : 20
Masculin

Localisation : dans la ville~

avatar

Ouvrir
MessageSujet: [13 octobre 1922]Trafic? ou meurtre sur le quai Morgue? [Ft-Arthur Kirkland] [Terminé] Jeu 13 Oct - 0:03
  • Raivis Galante
  • Arthur Kirkland
Les heures sombres ne sont pas encore terminés, elles viennent juste de commencer...
Quel est la couleur des diamants? Certains répondront sans doute qu’ils sont d’un transparent inégalables, éclatants et brillants, reflétant la lumière du soleil de toutes parts et illuminant les yeux des enfants de leur pureté inconditionnelle, d’autres diraient qu’ils sont de multiples couleurs, toutes plus mirobolantes les unes que les autres, allant du bleu au jaune, en passant par le rouge, ce qui en fait des pièces d’exceptions que n’importe quel joaillier ou personne du milieu de l’orfèvrerie rêverait un jour de contempler...Pour les habitants de Fortuna, la couleur à laquelle était associé le diamant était souvent bien plus sombres...Noir, la couleur de la mort et de l’obscurité...une couleur qui allait parfaitement au susnommés “diamants” de Fortuna...les Malleum, cette Corporation, si jeune, mais déjà si sinistre pour leur nature sanglante, chaque personne qui faisait partie de cette Mafia, ces pièces d’échiquiers sinistre, semblait être voué d’une motion d’instauration du chaos dans la ville, qui était telle, que les autres corporations ne pouvait qu’admettre l’importante place qu’ils s’étaient forgés dans le sang, les meurtres, les cris et les règlements de comptes...

Raivis lui-même n'échappait pas à cette règle...

Vous vous demandez sans doute pourquoi je fais cette longue introduction? Et bien, entrons donc dans l’histoire…

Le soir était à nouveau tombé sur la ville de Fortuna, et il était déjà 23h00 passé. Les quais du port semblait être désormais désert, eux qui était d’habitude plein de vie pendant la journée, se révélaient être aussi calme que l’océan, cette grande étendue d’eau qui s’étendait à perte de vue depuis la rade de Fortuna, une fois la nuit tombée. Ce quartier était très calme, contrairement à ce qu’il pouvait y avoir dans le sinistre quartier Malleum, qui était encore sans doute en train de déchirer le sommeil des habitants par les hurlements et les cris des personnes qui se faisaient passé à tabac ou exécuté par les impitoyables Tour de la corporation du Diamant.

Raivis semblait errer seul sur les quais du port, vêtu d’un large manteau noir, qui recouvrait sa chemise blanche, dont les froissement était équivalent au stress qu’il pouvait avoir en journée ou le nombre de corrections qu’il s’était prit par son roi, il avait d’ailleurs encore de la chance que ce genre de châtiment n’allait pas jusqu’à couper une phalange par faute commise, et dont le veston gris, cachait à peine le fait qu’il était sans doute l’une des personnes ayant le moins de force physique toutes corporations confondues…
Mais c’est bel et bien seul, un regard pensif, sentant l’embrun sur son visage, que le jeune Fou s’avançait sur les grands quais de la ville. Son objectif était en réalité d’aller marchander une quantité importantes de stupéfiant à une nouvelle tête qui venait de faire son apparition sur le marché, et ainsi, pouvoir en tirer le maximum de bénéfices pour la corporation.

Bien qu’il s’agissait sûrement d’une des missions les plus dangereuses qu’il ait eu à faire, l'anxiété qui s'affichait devant les autres semblait assez inexistante pour le coup...Il connaissait chacunes des combines qui pouvait le sortir d’une mauvaise passe où d’un client réticent à pratiquer des prix plus concurrentiels que l’actuel fournisseur d’opium qu’ils avaient trouvé pour en revendre dans toute la ville dans les différentes fumeries qu’on pouvait trouver ça et là dans le quartier Pax, comme dans les autres quartiers...excepté le quartier Galia où même une pauvre personne mourante de faim pourrait se faire tuer sans remords pour avoir volé un morceau de pain. De toutes façon, si les choses tournait mal, la solution était, et resterait toujours l'exécution pur et simple...

Pourtant, il avait cette impression étrange que rien n’allait se passer comme prévu, qu’un événement inattendu allait se produire, et cela le rendait nerveux, au point de garder une de ses mains sur le S&W caché dans son manteau...Il attendait désormais que le client arrive, en espérant que cela n’était pas une embuscade destiné à capturer l’un des cadres de la corporation Malleum...ce qu’il avait déjà suffisamment de mal à faire prendre au sérieux par les autres à cause de son âge...
Commentaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cavalier Galia
Cavalier Galia

Message : 40
Date d'inscription : 31/08/2016
Age (RP) : 24
Masculin

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: [13 octobre 1922]Trafic? ou meurtre sur le quai Morgue? [Ft-Arthur Kirkland] [Terminé] Dim 16 Oct - 18:44
détails
{13 Octobre 1922}
L'amertume du doute et la peur au ventre...
ft Raivis GALANTE
Ʃkaemp はは ™

Il était vingt-trois heures passé. La nuit était tombée depuis un temps déjà, amenant avec son voile sombre le froid et le silence. Seules les quelques bourrasques de vent s’engouffrant dans les arbres ou bien les ruissèlements de l’eau brisaient de temps à autre ce calme, cette tranquillité. L’air du port, habituellement plein de vie, grouillant de monde, était vide, froid en ce début de mois d’Octobre et les habitants de Fortuna dormaient paisiblement à cette heure-ci.

Enfin, pas tous.

Malgré cette apparence paisible et heureuse, cette cité dévoilait la nuit sa partie la plus sombre. Le sang, les conflits, les trafics, les règlements de compte ; la mafia. Plus précisément les quatre mafias qui se livraient une guerre sans merci. Aquilla, Fulgur, Malleum et enfin Galia. Un côté que les citoyens éloignaient souvent de leurs esprits, pour ne pas trop se ronger les sangs, toutefois, ils ne s’aventuraient que peu la nuit, ne voulant certainement pas se retrouver en pleine fusillade.

Arthur était pourtant bien là, vêtu d’un costume lui-même surplombé d’un manteau noir. Adossé à un mur, le blond attendait, mais pas de la manière habituelle, lorsque l’on attend ses amis ou pour un rendez-vous. Non, lui était dissimulé, tout comme son ombre, contre le mur. Il n’émettait pas un seul son, respirant le plus discrètement possible. Cette nuit, il n’était pas Arthur Kirkland, le simple serveur dans un Café, non ; Il était le cavalier de sa corporation qui n’était autre que Galia.

Il n’était cette nuit qu’un pion qui pouvait tomber à chaque instant, se faire retirer de l’échiquier d’un revers de manche.

Une nouvelle mission imposée par son Roi. Un espionnage, qui n’était autre que la spécialité de son rang. En effet, un fournisseur de stupéfiants venait d'apparaître sur le marché, et était donc une proie parfaite pour les corporations trempant dans ce domaine, comme les Malleum, LA corporation spécialisé dans le trafic d’armes et de drogues. Ainsi, comme chaque nouveau fournisseur,  une rencontre devait s’effectuer afin que la mafia montre son intéressement par le biais d’une offre plus qu’alléchante. La présence discrète du blond était due à cette rencontre, le sujet de sa mission.
Arthur avait à présent l’habitude de ce genre de mission au vu de ses années d’expériences, cependant, il avait un mauvais pressentiment au sujet de cet espionnage et cela se voyait. Non pas à ses expressions faciales qui, durant ces situations étaient absentes, il n’était qu’un pion sans émotions, mais bien à travers ses mimiques, notamment sa main qui ne restait jamais loin de son HK USP. Il n’aimait pas ça. Il n’aimait pas la sensation qu’il allait devoir l’utiliser ce soir, alors qu’il ne le faisait que dans de rares cas et cela lui allait parfaitement. Ses mains lui semblaient déjà bien trop sales et poisseuses à ses yeux.

Peu à peu, des pas approchèrent, le client avançant sur les quais du port. Le blond ferma alors les yeux quelques instants. Avant chaque mission, il avait cette habitude de se remémorer les paroles que son frère lui avait dicté des années auparavant :

« Bats-toi si cela en vaut la peine, si c’est pour défendre ce que tu aimes, ce en quoi tu crois. »

Il rouvrit alors les yeux, attendant patiemment que l’échange commence, réprimant comme il le pouvait, le gout amer du mauvais présage qui lui restait en travers de la gorge.

C’était l’heure où tout allait se jouer.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tour Galia
Tour Galia

Message : 40
Date d'inscription : 14/08/2016
Age (RP) : 20
Masculin

Localisation : dans la ville~

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: [13 octobre 1922]Trafic? ou meurtre sur le quai Morgue? [Ft-Arthur Kirkland] [Terminé] Lun 17 Oct - 1:00
  • Raivis Galante
  • Arthur Kirkland
Minuit sonna, et le jeu de la mort commença...
Raivis avait toujours cette horrible sensation stressante à mesure qu’il avançait vers le point de rendez-vous...pourquoi me direz-vous? Sans doute un pressentiment grandissant peu à peu dans son esprit… Ce sentiment que l’on a lorsqu’on sait que la mort sera de la partie ce soir-là, et que l’une des pièces sur le grand échiquiers des mafias tombera pour être remplacé par une autre personne...

Le jeune homme finit par arriver sur les quais marchands, où sont entreposé les rares conteneurs qui permettaient d’alimenter la ville en nourriture importés, mais qui étaient aussi la base principale des trafics devant faire intervenir des cartels étrangers, aussi, Raivis se forçait à rester dans l’ombre, se cachant désormais des lumières du phare pour se rendre moins visibles aux yeux des autres, et arriva finalement devant le trafiquant, qui était lui, toujours en pleine lumière. C’était un homme d’à peu près la vingtaine, typé colombien, assez grand avec des cheveux court, alors qu’il arborait une barbe qui remontait sur l’ensemble de la mâchoire, portant un bandeau blanc et bleu pour tenir ses cheveux alors que ces yeux marrons étaient caché derrière des lunettes rondes avec des verres fumées.
Le trafiquant remarqua le fou, mais il ne savait pas tout de suite qu’il était le membre de la corporation malleum qui devait venir négocier avec lui.

“t’es qui gamin? tu ne devrais pas être chez toi en train de dormir?...La nuit peut être dangereuse tu sais” commença t’il à dire, avec un accent latino prononcé, riant un peu à la fin de sa phrase avec un sourire presque moqueur, comme s’il allait faire de Raivis un souffre-douleur pour passer le temps.

“Je pense que je n’ai pas grand chose à craindre de la nuit…” répondit alors Raivis, tirant la manche de son bras droit et le mettant à la lumière pour montrer la présence de deux tatouages: le premier étant le symbole de la corporation malleum, le deuxième, celui de son rang dans la corporation, avant de remettre sa manche comme avant puis sa main sous son manteau, pour ré-empoigner son S&W, comme pour se rassurer de ce qui allait se passer.

Une goutte de sueur perla le front du trafiquant alors que son sourire s’effaça brusquement, reculant de deux pas et écartant les bras qui était plus tôt, jointes pour craquer un à un ses doigts dans un enchaînements de bruits secs et cassants, comme des branches qui céderait sous une force considérable, il venait de réaliser qu’il avait failli agresser un cadre influent de la corporation malleum et qu’il a failli se mettre à dos l’une des plus redoutables mafia de Fortuna, comme un pion qui devrait affronter une armée entière, sans espoir de se sortir de l’ordre de mort sur sa tête qui aurait été donné.

‘-Et bien...je ne m’attendais pas à ce que ce soit…”
‘-Parlez moins fort et approchez vous...” Coupa Raivis,toujours murmurant pour qu’on ne reconnaisse pas sa voix, dans l’élan de parole du Latino “dite juste quel est votre prix…”

La négociation commença alors, enchaînant des prix hauts et Raivis répondant avec des prix beaucoup plus bas, ceux malgré l’indignation du trafiquant qui proféra alors la menace de chercher ailleurs, alors que Raivis répondit que ceux qui n’avaient pas conclu d’affaires avec les Malleums n’ont jamais été revue vivant à Fortuna, leurs cadavres étant soit retrouvé crucifié à un mur, soit dans le fleuve à nourrir les quelques carpes qui y vivait. Malgré l’apparence très calme de Raivis, il n’avait qu’une seule envie, c’était de partir de cette endroit au plus vite, cette endroit qui semblait dégager une odeur de mort de plus en plus forte à mesure que les minutes s’écoulaient, entre ces deux conteneurs où il avait l’impression qu’une ombre les épiait discrètement, telle un ange funeste qui serait venue pour prendre la vie de quelqu’un...Cette impression était pourtant la réalité, et la transaction allait sans doute prendre un Tournant des plus funeste.
Commentaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cavalier Galia
Cavalier Galia

Message : 40
Date d'inscription : 31/08/2016
Age (RP) : 24
Masculin

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: [13 octobre 1922]Trafic? ou meurtre sur le quai Morgue? [Ft-Arthur Kirkland] [Terminé] Lun 24 Oct - 0:12
link href="http://sd-1.archive-host.com/membres/up/211183412958130190/RP/BRAK_RP.css" rel="stylesheet" type="text/css">
détails
{13 octobre 1922}
L'ombre se profilait sur le mur, un revolver à la main...
ft Raivis GALANTE
Ʃkaemp はは ™


C’était l’heure.

L’échange, la négociation avait commencé. Arthur ne fit plus un mouvement brusque. Le silence avant tout, autant pour que la compréhension soit optimale que pour rester à l’abri de la mort. A présent tout allait se jouer.

Le jeu d’échec était en marche.

Le blond stoppait quasiment sa respiration. Il ne fallait pas perdre un mot de cet échange. Il avait déjà pu identifier la voix du trafiquant qui apparemment ne mesurait pas la gravité de la situation, au vu de ses réponses  et surtout de sa béatitude ; il n’était pas méfiant, autant vis-à-vis du membre qu’il avait face à lui et surtout, il ne se doutait apparemment pas de la possibilité d’être écouté, qu’un espion soit là, qu’Arthur soit là. Un latino-américain au vu de son accent prononcé et de son apparence.

Toutefois, il n’avait pas encore réussi à identifier son interlocuteur, celui-ci étant hors de sa vue. Mais le malfrat lui avait déjà donné quelques indications ; il était très jeune, selon ses dires. On n’appelait pas n’importe qui « gamin. ».

Le jeune homme fronça les sourcils ; son pressentiment grandissait encore. C’était assez rare pour lui d’entendre ça. Il se pencha à nouveau sur la conversation, n’entendant pas assez les réponses du membre de la corporation à son gout. Il jura intérieurement. Pas le choix ; il fallait se rapprocher. Il était, heureusement, hors de la vision des deux cibles, ce qui lui facilitait tout de même la tâche.

Il prit son courage à deux mains, dans tous les cas il n’avait pas le choix ; soit il rentrait à la base sans informations convenables, soit il prenait un risque élevé pour surement avoir un rapport de qualité pour son Roi. Il inspira doucement et se déplaça rapidement et agilement derrière un large conteneur, sans un bruit, tel une ombre. Cette cachette pouvait s’avérer bien utile en cas de dérapage. Suite à cela il attendit quelques secondes afin de deviner si l’on ne l’avait pas découvert. La conversation ne s’était pas interrompue, ce qui le soulagea quelque peu intérieurement avant que l’oiseau de mauvais augure ne revienne se poser sur son épaule. Il posa par réflexe sa main sur son arme, accroupis.

Il restait attentif aux moindres mouvements des deux interlocuteurs ainsi qu’aux intonations, notant toute information importante dans un coin de son esprit, trouvant les carnets ou autre inutile, sauf pour se faire repérer plus facilement. Il avait une bonne mémoire, c’était déjà cela.

Peu à peu, la voix du mafieux présent lui semblait quelque peu familière, ou du moins il était sur de l’avoir entendu, et ce plus d’une fois. Il cherchait dans son esprit à mettre un visage sur cette voix mais rien n’y faisait.

De plus, le trafiquant ne semblait vraiment pas d’avis à accepter les tarifs de la corporation et commençait peu à peu à perdre patience, malgré les menaces sous-entendues ainsi que le triste sort qui attendait le marchand si celui-ci ne se résignait pas. Le blond empoigna un peu plus son arme, le danger grandissant avec son pressentiment.

Quelque chose allait bientôt éclater ; la vérité au prix du sang et des cris.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tour Galia
Tour Galia

Message : 40
Date d'inscription : 14/08/2016
Age (RP) : 20
Masculin

Localisation : dans la ville~

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: [13 octobre 1922]Trafic? ou meurtre sur le quai Morgue? [Ft-Arthur Kirkland] [Terminé] Lun 24 Oct - 14:44
  • Raivis Galante
  • Arthur Kirkland
Puis, une détonation déchira le ciel de la nuit noire...
Raivis n’aimait pas ce sentiment, cet impression d’être observé, guetté, épié telle un lapin prêt à se faire attraper par un oiseau de proie aux griffes plus acérés que l’acier. A vrai dire, il savait qu’il devait rester sur ses gardes, mais la négociation allant de façon croissante dans l’agacement du trafiquant comme de Raivis commençait à monter crescendo à mesure que l’un devait descendre les prix, et l’autre, les augmenter...Ne trouvez vous pas que l’art de la négociation est des plus dures dans les milieux mafieux? Raivis ne pouvait pas rentrer à la base sans avoir conclu de contrat où ils seraient bien plus bénéficiaires que le trafiquant lui-même, et celui-ci était bien parti pour être un échec… Ainsi, le fou malleum se décida finalement...Il se devait d’agir pour le bien de sa corporation, et le trafiquant ne semblait pas porter d’arme réellement dangereuse sur lui...resserrant sa prise sur son S&W, Il pointa alors l’arme, toujours rangé sous le manteau, en direction du trafiquant en posant le dernier ultimatum de cette négociation à haut risque, à l’heure où tout le monde pouvait mourir…
C’est ma dernière proposition...prenez ou mourrez…” déclara Raivis, avec une voix agacé qui ressembla finalement plus à une voix qui semblait un peu paniqué, la voix qu’il avait d’habitude, ne murmurant plus, ne se souciant plus de ce qu’il se forçait pourtant à faire d’habitude pour ne pas être reconnu dans le cas où il était espionné, lui qui avait si bien réussi à cacher son identité depuis la création de Malleum, il avait fini par mettre en danger sa position sur l’échiquier pour un simple détails qui pouvait lui coûter cher, le tout à cause de l’agacement pour essayer de finalement conclure une affaire.

Mais rien ne se passa comme l’avait prévu Raivis, le trafiquant se rapprocha alors de lui, tirant un couteau de sa poche pour menacer le jeune fou à son tour, en répondant:
“Tu crois vraiment que je vais mourir ce soir? C’est plutôt toi qui va accepter mon prix ! ” alors qu’il empoigna le garçon par le col, près à l’égorger à n’importe quel moment.

La panique s’installa un moment dans l’esprit de Raivis, et un coup de feu retentit alors, faisant fuir les mouettes qui s’étaient installé pour se reposer pendant la nuit sur les quais du port, brisant le silence et le ciel de Fortuna dans une détonation assourdissante, faisant s’arrêter le temps l’espace d’une seconde, alors que le trafiquant lâcha rapidement le fou, qui se mit à courir dans la direction opposé, le visage apeuré et les larmes aux yeux, se révélant à la lumière des quais, faisant apparaître son visage, complètement paniqué, et sortir son arme pour pouvoir viser plus efficacement le trafiquant s’il venait à s’approcher, celui-là même qui lançait des regards haineux alors que le sang coulait de son torse...que devait-il faire? l'exécuter? lui laisser la vie sauve?...Les deux cas étaient tout les deux horribles en conséquences. Il regarda finalement tout autour de lui pour voir s’ils étaient les seuls personnes présentes sur les quais, et l’aperçu...le jeune homme blond, qu’il n’arrivait pas à distinguer de prime abord, mais qui lui montrait bien que sa mission avait désormais le funeste résultat de l’échec total.
Commentaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cavalier Galia
Cavalier Galia

Message : 40
Date d'inscription : 31/08/2016
Age (RP) : 24
Masculin

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: [13 octobre 1922]Trafic? ou meurtre sur le quai Morgue? [Ft-Arthur Kirkland] [Terminé] Lun 24 Oct - 18:31
link href="http://sd-1.archive-host.com/membres/up/211183412958130190/RP/BRAK_RP.css" rel="stylesheet" type="text/css">
détails
{13 octobre 1922}
Le coup de feu retentit, mais ce ne fut que le premier...
ft Raivis GALANTE
Ʃkaemp はは ™


Une détonation.

Un bruit sourd vous frappant au plus profond de votre être et résonant à travers vos os. Le vol des mouettes paniquées à travers les quais, frôlant le conteneur où était appuyé le blond.

Puis, le silence, le néant. La nuit noire et les légers mouvements de l’eau.

Comment en est-on arrivés là me diriez-vous ?

La négociation avait échouée, le trafiquant, comme le mafieux, avait paniqué et montra les crocs, plus précisément le couteau même. Malheureusement, une arme blanche face à une arme à feu se fait battre d’un revers de manche, la panique ayant également son rôle et sa force. Le trafiquant avait menacé le jeune mafieux, qui peu avant avait fait une belle erreur : Il avait parlé à voix haute. Arthur se souvint alors de cette voix, tremblante et si mal assurée qui était souvent présente lorsqu’il était chez Jai…Ce gamin d’une quinzaine d’années, avec sa tonne de livre…

C’était…

Et le coup de feu interrompit le cours de ses pensées. Il comprit alors que cet échange n’aboutirait qu’à une seule et unique fin : la mort. Mais duquel ? La question était encore entière pour le jeune homme qui ignorait qui détenait cette arme à feu et surtout… Qui avait pu tirer ?  

Le silence envahit cette espace où habituellement y régnait la vie… Or, ce soir, la mort était de la partie. Le blond serra son arme, entendant des pas paniqués s’éloigner du lieu de cette rencontre. Peu à peu, un jeune homme apparut à la lumière, totalement paniqué et en pleurs, le mafieux de la corporation Malleum.

Raivis.

Ce gamin… Arthur écarquilla les yeux. Ce n’était pas possible ! Pas un gosse d’une quinzaine d’années ?! Bordel ! Comment cela pouvait-être lui... Il était certain maintenant, il devait l'admettre. Ils étaient ennemis, ce sont les règles de la mafia, les règles des corporations. Il ne devait vraiment faire confiance à personne et cela le désolait, mais il n'y pouvait rien. Après tout, il avait choisi cette voie.

Toutefois, ce n'était rien que de voir le visage de Raivis, il y avait bien pire; le jeune homme paniqué regarda tout autre de lui et ses yeux se posèrent évidemment là où il ne fallait pas.

Non, putain... Non ne regarde pas par ici !

Mais bien sûr, cela n'y changea rien. Arthur était découvert à son tour ou du moins sa présence en tous cas. Il stoppa sa respiration, ne quittant pas l'autre mafieux des yeux.

Merde...

C'était à son tour de paniquer. Il tira son arme de sa veste et la pointa discrètement vers le jeune homme, bien que cela lui serre la gorge rien qu’à l’idée de le voir au bout de son viseur. Il déglutit alors, tremblant à peine.

Il avait enfin pu mettre le doigt sur ce qu'était ce foutu mauvais pressentiment.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tour Galia
Tour Galia

Message : 40
Date d'inscription : 14/08/2016
Age (RP) : 20
Masculin

Localisation : dans la ville~

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: [13 octobre 1922]Trafic? ou meurtre sur le quai Morgue? [Ft-Arthur Kirkland] [Terminé] Lun 24 Oct - 19:20
  • Raivis Galante
  • Arthur Kirkland
lorsque le coq chantera, tu auras tiré trois fois...


Ses yeux se stoppèrent sur cette personne vêtu de noir qui était là...Il avait été espionné...Il était la cible d’une mission d’une autre corporation cette nuit...Mais qui était donc cette ombre? Cette ange funeste de la nuit qui allait être la cause de la panique la plus totale de Raivis?...Il ne distingua que très mal cette personne...Mais il fini par se souvenir : Arthur...celui avec qui il lui arrivait de discuter au bar de Jai...Comment? Lui aussi était un membre de corporation?..Trop d’informations arrivait dans sa tête, et malheureusement, il ne voyait pas que le trafiquant se rapprochait de lui, armé de son couteau, d’un pas lent, serrant les dents sous la douleur de la balle qui s’était logé entre ses côtes.

Que…” Raivis n’arrivait qu’à balbutier des interrogations étouffé en voyant qu’il s’agissait d’Arthur…Celui là même, ce serveur qui avait l’habitude de le voir avec plus d’un livre de 1000 pages à lire la veille pour le lendemain, et qui l’avait encouragé dans le fait qu’il n’était pas aussi inutile qu’il le disait...Non...Ce n’était pas possible...Les apparences étaient toutes plus trompeuses les unes que les autres…

Le trafiquant arriva alors près de Raivis qui se tourna vers lui, toujours le canon de son arme pointé vers lui, prêt à lancer un autre coup de couteau au Fou Malleum qui ne remarquait pas encore que Arthur avait sorti son arme et le visait désormais...La panique envahit encore plus le cerveau de Raivis, qui se mit à trébucher en arrière, en tirant successivement deux nouveaux coups de feu sur le trafiquant.

Deux nouveaux cris déchirant de l’ange de la mort venait de résonner sur les quais de Fortuna, alors qu’il s’agissait d’un des quartiers les plus calmes de la ville…Fallait-il vraiment que le monde en arrive à cela? fallait-il donc, que Raivis, ce jeune de 15 ans, tue un jour une personne, même si celle-ci se révélait être ce que les Galia nommait communément “une raclure qui doit être jugée sans discernement”? Les faits étaient pourtant là : La deuxième balle se logea dans l’épaule du trafiquant, alors que la troisième qui avait été tirés, se logea dans le coeur de ce dernier, le tuant sur le coup, le corps frissonnant du trafiquant s’écroula alors devant les yeux de Raivis, en baignant dans une mare de sang qui s’étendait au fur et à mesure, tachant les habits du jeune Fou…

Trois balles furent tirée pendant cette nuit de la part de Raivis, trois balles qui scellèrent ainsi le jugement que pouvait porter le monde sur lui, comme Saint Pierre, ayant renié trois fois le Christ avant l’aube...Ces trois balles étaient les trois reniements de Raivis envers son innocence, mais aussi, la vision qu’il pouvait porter au yeux d’Arthur, ce dernier ayant toujours son arme pointé sur lui...et laissait échapper un éclat de lumière éblouissant et aveuglant Raivis qui tenta de pointer son arme vers lui, pour qu’il n’y ait aucune trace de sa présence ici, mais sentit un horrible sentiment de culpabilité à la dernière seconde sur cette acte qu’il allait faire, faisant chanceler le peu de détermination qu’il lui restait...avant ce qui pourrait sans doute être la fin de sa misérable vie..
Commentaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cavalier Galia
Cavalier Galia

Message : 40
Date d'inscription : 31/08/2016
Age (RP) : 24
Masculin

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: [13 octobre 1922]Trafic? ou meurtre sur le quai Morgue? [Ft-Arthur Kirkland] [Terminé] Mar 25 Oct - 13:37
détails
{13 octobre 1922}
Un face à face et une dernière détonation...
ft Raivis GALANTE
Ʃkaemp はは ™


Deux nouvelles détonations, faisant sursauter le blond, tant celui était au point de rupture, le son le perforant de part en part à défaut du projectile.

Trop d’informations difficiles à supporter… Raivis… Il venait d’abattre cet homme qui était certes une raclure mais… Pas lui… Ce n’était pas à lui de faire ça ! Un gosse, ce n’était qu’un gosse ! Arthur bouillait intérieurement d'une part par ce qu'il venait de voir et d'une autre car il était entrain de viser un adolescent d'une quinzaine d'années.

Le blond se redressa alors quelque peu, il était découvert. Il n’avait plus rien à perdre, si ce n’est la vie. Il tremblait toujours quelque peu, même s’il faisait tout pour ne pas craquer. Il avait les mâchoires serrées, les jointures blanchies tant il serrait son arme.Il fixait le pauvre fou couvert de sang, cette nuit devant être déjà assez mouvementée pour lui… Mais elle n’allait pas s’arrêter là.
Le blond respirait de manière saccadée. Comment cela avait pu déraper à ce point ? Comment avaient-ils pu atteindre ce point de non-retour ?

Le canon de son arme n’avait pas quitté le jeune mafieux, son bras tout comme son corps entier, restait immobile. Il était paralysé. Mais pourquoi ?! Ce n’était pas la première fois qu’il visait quelqu’un et encore moins la dernière !

C’est alors qu’il vit le jeune homme pointer à son tour, son arme vers lui. Il était paniqué, il tremblait presque et il pouvait le voir malgré la légère distance les séparant. Arthur ne pouvait pas baisser son arme. Raivis devait tirer, où sa couverture était levée,  l’épée de Damoclès tomberait et lui trancherait la tête. Mais, il en venait de même pour Arthur, même si le prix à payer était plus lourd ; Une volée de balles dans la poitrine et sa vie s’achevée ici.

Ce moment de flottement, d’hésitation sembla lui durer une éternité. Il fallait agir, il n’avait pas le choix. Il déglutis alors avant de prononcer, quoiqu’assez fort pour que le jeune homme entende :

« I’m sorry, Raivis. »

Il pressa la gâchette et la balle s’envola dans un fracas assourdissant. Le projectile alla alors se loger dans le bras du pauvre blondinet, le traversant de part en part dans un jet de sang.

Arthur recula quelque peu, du au choc de la détonation mais garda une expression faciale impassible, froide. Le blond s’en voulait déjà, d'avoir tiré sur un gosse...

Mais après tout…

Dans ce monde, c’est tuer ou être tué.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tour Galia
Tour Galia

Message : 40
Date d'inscription : 14/08/2016
Age (RP) : 20
Masculin

Localisation : dans la ville~

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: [13 octobre 1922]Trafic? ou meurtre sur le quai Morgue? [Ft-Arthur Kirkland] [Terminé] Mar 25 Oct - 18:39
  • Raivis Galante
  • Arthur Kirkland
Un cri déchirant résonnant dans la nuit...


L’hésitation avait complètement envahit l’esprit de Raivis, tremblant de tout son être, alors que son arme était toujours pointé sur l’anglais...Il ne savait pas quoi faire...Au fond de lui, il ne voulait pas tirer, il n’aimait pas avoir à faire cela, tuer était un acte horrible qu’il ne se pardonnait pas, et il se le pardonnerait encore moins s’il avait à tirer sur Arthur car il avait déjà discuté avec lui… Mais à l’instant, il devait aussi se soucier de sa place au sein de sa corporation, s’il le laissait en vie, il serait alors complètement découvert auprès des autres corporation...que devait-il donc faire? Il ne savait pas, il était perdu, regardant Arthur pointer son arme sur lui. Puis, le jeune fou entendit quelque chose venant de la part d’Arthur:

I’m sorry, Raivis...

Une quatrième détonation retentit, cette fois, elle ne provenait pas de l’arme de Raivis, mais bel et bien de celle d’Arthur. Il venait de tirer sur Raivis, et le temps sembla horriblement long au jeune fou entre le moment de la détonation et l’impact. La balle vint se loger dans le bras de Raivis, contraignant celui-ci a lâcher son arme.

La douleur ne se fît pas tout de suite ressentir, mais une horrible sensation de froid l’envahit, cette sensation horriblement étrange et oppressante qui vous plonge quasiment dans un état de choc, celui où l’on ne réalise pas ce qu’il vient de se passer avant que l’on ne fasse le constat.
Puis, Raivis tourna son regard vers son bras, poussant un cri de détresse et de douleur devant cette blessure, ce trou béant qui laissait apparaître les frêles os du gamin qui avaient volés en éclats sous le puissant et inexorable impact qu’il avait subi, accompagné de l’ouverture de plusieurs petits vaisseaux sanguins, faisant couler de multiples gouttes de sang sur le sol, et tâchant les vêtements du Fou, tandis que les faibles muscles de l’avant-bras de Raivis avait été déchirés sous la violence du choc, les nerfs n’avaient pas été touchés. Mais c’est bien car ils n’ont pas été touchés que Raivis ne pouvait maintenant plus penser à autre chose que cette horrible douleur situé dans son avant-bras, dans lequel un creux s’était formé, foré par la balle qui est venue se loger entre son radius et son cubitus.

Toujours dans cette état de choc, Raivis tourna son regard désormais larmoyant et inquiet vers Arthur, un regard suppliant comparable à celui d’un chien battu, signifiant “Pitié, ne me tue pas…” ou encore “je ne veux pas mourir…”, le tout en se rapprochant de Arthur, rampant sur le sol...Il n’aurait définitivement pas pu se lever, non pas qu’il n’était pas en capacité physique de le faire, mais la douleur tétanisait la plupart de ses mouvements, désormais hasardeux et plus tremblant que jamais...Il venait sans doute de toucher ce point de non-retour où il allait sans doute se retrouver à devoir se méfier de tout ce qui l’entourait si jamais il venait à survivre à cette funeste nuit, où l’ange de la mort s’était invité parmis eux pour venir chercher ceux dont le destin était de trépasser en cette nuit noire comme l’ébène, comme le jais...comme les ténèbres et le chaos qui régnait sur la ville…
Commentaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cavalier Galia
Cavalier Galia

Message : 40
Date d'inscription : 31/08/2016
Age (RP) : 24
Masculin

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: [13 octobre 1922]Trafic? ou meurtre sur le quai Morgue? [Ft-Arthur Kirkland] [Terminé] Mer 2 Nov - 0:30
détails
{13 octobre 1922}
Il n'était plus que deux, face à face...
ft Raivis GALANTE
Ʃkaemp はは ™



Il l’avait fait.

Il avait appuyé sur la détente. Il avait tiré... Sur ce gosse… Avec lequel il avait pu discuter…

Un cri de douleur et de peur provenant de Raivis glaça le sang du blond. Le sang le fit trembler d’avantage. Pourtant il ne montrait aucunes faiblesses. Du moins il essayait.

Le pauvre blondinet observait ce troue ensanglanté qui c’était imprimé dans son bras. Il hurlait de douleur et de peur. Son propre sang remplaçait alors celui du trafiquant sur
ses vêtements froissés.

Tétanisé par cette plaie sourde, il ne pouvait simplement plus avancé, simplement rampé. Il était à la merci du blond.

L’adolescent le suppliait du regard. Il ne voulait pas que sa vie s’achève ce soir alors qu’il n’avait qu’une quinzaine d’années. Désespéré, sa vie ne tenant qu’à un unique fil, il s’avançait vers l’espion.

Arthur, après un temps à l’observer, et surtout à se ressaisir, avança lentement à son tour. Il sortit de l’ombre, de ce coin reclus, afin de se dévoiler totalement à la lumière.

Ses pas résonnaient dans la nuit, dans le silence, dans ce chaos qu’il avait apporté. Il passa près du corps du trafiquant, où il s’arrêta quelques instants en le dévisageant, avant de reprendre son chemin vers le gosse.

Il le fixait d’un air glacial, le genre à vous donner froid dans le dos. Mais ce n’était qu’une façade. La même qu’il avait lorsqu’il travaillait. Mais il ne l’avait surement jamais montrée au pauvre gamin. Ou du moins pas aussi sévère.

Il s’arrêta face à lui. Le silence reprit place, comme si la mort était là, sa fauche à la main, prête à frapper de plein fouet.

Sans un mot, Arthur leva son arme vers le gosse. Il visait à présent la tête, sans
broncher. Il pouvait achever sa courte vie en un seul geste décisif, une seule balle, une
nouvelle âme pour la faucheuse.

Après ce moment semblait passer au ralentit, le blond se décida à parler.

«Close your eyes. »

Sa voix était cassante et décisive. Mais malgré tout, on pouvait percevoir une point de regret et surtout de peur. Oui, il avait peur.

C'était la fin.

Il fallait achevée cette nuit, d'une manière ou d'une autre, et le blond avait fait son choix.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tour Galia
Tour Galia

Message : 40
Date d'inscription : 14/08/2016
Age (RP) : 20
Masculin

Localisation : dans la ville~

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: [13 octobre 1922]Trafic? ou meurtre sur le quai Morgue? [Ft-Arthur Kirkland] [Terminé] Mer 2 Nov - 21:56
  • Raivis Galante
  • Arthur Kirkland
La partie touche à sa fin...


Arthur sortit finalement de l’ombre, et malgré cela, les pensées de Raivis fusaient dans son esprit : ce qu’il voyait devant lui… Ce n’était pas le Arthur qu’il connaissait… Il s’agissait du Arthur de la corporation Galia, celui qui vous regarde de façon glacial et vous glace le sang par ce regard paraissant complètement insensible…


Raivis n’arrivait pas à se défaire de ce regard, sanglotant et tremblant, comme une feuille tremble lorsque l’automne s’installe. Il ne voulait pas mourir, il ne voulait pas que tout s’arrête maintenant…Mais lorsqu’il vit Arthur lever son arme pour la pointer sur sa tête, il se rendit compte que cela ne serait pas possible, il ne lui restait plus qu’à perdre tout espoir de vivre.


Close your eyes.


Cette fois, il n’y avait plus aucun doute, il allait mourir… Il le sentait, comme si la faucheuse l’avait approché de très près, prête à faucher son âme au moment où la balle serait tiré… Tout espoir l’avait quitté à présent, se contentant de baisser la tête avec résignation, fermant ses yeux, s’attendant à ce que le coup partent, les larmes coulant sur ses joues, retenant comme il pouvait ses sanglots, serrant les dents pour les étouffer comme il pouvait.


Il finit par marmonner quelque chose entre ses dents, quelque chose qui était sans doute incompréhensible à entendre, mais il ne pouvait pas s’en empêcher et laissait échapper quelques phrases, étouffés dans les sanglots… Un chapelet tomba alors de la manche de Raivis, qu’il se mit à serrer de toutes ses forces dans sa main encore valide, en répétant constamment ce qui semblait être une prière, dites à voix basse, comme un murmure pour ne pas être entendu, ne laissant entendre que de rares mots de ce qui semblait être le “Nôtre Père” en latin :


Pater n-noster,…, Sanctificetur ..., ... regnum tuum, …” Raivis s’arrêta alors brusquement de parler, puis murmura une dernière fois, un dernier sanglot, comme lorsqu’un signe chante avant qu’il ne meurt : “...Je...Je n’aurais donc jamais réussi à être utile au moins un seul jour… Je…. Je vais mourir aussi pitoyablement que j’ai vécu… ” Les paroles de Raivis continuaient de s’enchaîner alors qu’il se rabaissait lui-même… “... Je n’ai jamais voulu avoir à tuer qui que ce soit… Je n’ai jamais voulu avoir à faire tout ça… Je… Je ne veux pas mourir… "


Les pensées de Raivis devenaient de plus en plus confuses à mesure que le moment fatidique approchait... Comme s'il revoyait devant lui sa misérable vie depuis qu'il est né, les champs dans lesquels il a grandi, son arrivé dans la ville, la rencontre avec Ivan... Son intégration à la corporation Malleum...


Ce moment où il s'est rendu compte qu'il ne pouvait plus revenir en arrière...


Voilà donc où il en était rendu… Il était en train de sangloter et pleurer de façon pathétique, parlant de lui de façon pathétique… Pour mourir de façon pathétique, à peine à l’âge de 15 ans… La vie était pourtant ainsi faite, et Raivis ne pourrait sans doute plus y changer grand-chose désormais… Ce soir, le fou allait être pris par le Cavalier… Ce soir…


La mort était la grande invité de cette partie d’échecs mortelle...
Commentaire
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cavalier Galia
Cavalier Galia

Message : 40
Date d'inscription : 31/08/2016
Age (RP) : 24
Masculin

avatar

Ouvrir
MessageSujet: Re: [13 octobre 1922]Trafic? ou meurtre sur le quai Morgue? [Ft-Arthur Kirkland] [Terminé] Mer 2 Nov - 23:04
détails
{13 octobre 1922}
L'envole de la mort, la fin de cette nuit chaotique...
ft Raivis GALANTE
Ʃkaemp はは ™


Il visait la tête du pauvre gosse.

Le silence ne fut que de courte durée. En effet, peu à peu, des murmures s’élevèrent, mêlés à des sanglots. Il parlait… Raivis parlait. Mais qu’est ce qu’il pouvait bien dire ? Il suppliait… ? Non.

Il priait.

Ce soir, il était le bourreau qui allait exécuter la sentence… Mais…

Le sang du blond se figea, particulièrement lorsqu’il vit le chapelet du blondinet tomber au sol. Lorsqu’il le prit dans sa main et qu’il le sera d’une telle force… Qu’il ferma les yeux, comme le  blond le lui avait ordonné plus tôt… Il s’avait qu’il n’y arriverait pas.

Il n’avait pas eu l’intention de le tuer… Mais son devoir de corporation avait repris le dessus sur le côté humain qu’il pouvait avoir… Jusqu’à maintenant. Il ne pouvait pas tuer ce gamin de quinze ans qui avait encore tant de choses à vivre… Avec qui il avait pu discuter.. Et surtout qui avait si peu confiance en lui…

Après un  moment, le blond baissa lentement son arme, sans faire un bruit. Il fixait ce pauvre petit blond qui ne voulait pas mourir, pas ce soir et pas par ses mains déjà trop poisseuses à ses yeux qui , eux aussi, étaient à présent sales. Il resta silencieux, cette nuit lui repassant en boucle devant les yeux, et cet impact. Cet unique impact qu’il avait provoqué. Celui qui avait transpercé le bras de cet adolescent qui était pourtant si adulte derrière cette apparence frêle. Ce mafieux qui n’avait rien à faire au sein d’une corporation aux yeux du blond. Cette future marque qui lui restera à vie une fois ce trou béant refermé. C’était lui qui lui avait provoqué. Sous le coup de l’incompréhension, de la pression et du doute.

Mais maintenant c’était clair. Il ne pouvait pas l’abattre comme il l’avait fait déjà à plusieurs reprises. Non cela lui était impossible. Il avait beau être une enflure la plupart du temps lorsqu’il travaillait… Il avait malgré tout une notion d’humanité. Il redevint peu à peu le Arthur qui traîne dans le bar et qui discute, essayant comme il peut d’être sociable…

Il crispa sa main sur son arme. Les goûtes de sang avaient teinté le sol d'un rouge bordeaux.. Tandis que les larmes avaient quant à elles tâchées le visage du pauvre fou. Ce seront les dernières de la soirée.

Le blond se le jura.

Il releva la tête vers le gosse. Il soupira :

"Fuis... Cette nuit n'est pas la tienne... La mort a déjà volé une âme... Elle n'en prendra pas une deuxième."

Sa phrase à peine achevée, il disparu comme son métier d'espion le lui avait appris à le faire. Le blond n'aura pas le temps de le voir. Lorsqu'il ouvrira les yeux, la seule chose qu'il trouvera sera le port et le corps sans vie du trafiquant.

Cette nuit, le jeune fou ne perdra pas la vie.

Cette nuit était enfin achevée. Le chaos avait cessé.

La mort était rassasiée.


FIN.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Ouvrir
MessageSujet: Re: [13 octobre 1922]Trafic? ou meurtre sur le quai Morgue? [Ft-Arthur Kirkland] [Terminé]
Revenir en haut Aller en bas
[13 octobre 1922]Trafic? ou meurtre sur le quai Morgue? [Ft-Arthur Kirkland] [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Double meurtre dans la rue morgue (PV)
» [02 octobre 1991] On s'est enjaillés... ft. Arthur Kirkland
» Plus sur le trafic drogues-armes entre Haiti et la Jamaique
» Commission d'appui pour enquetes sur meurtre de journalistes
» Le trafic du cafe a la frontiere Haiti-Rep. Dominicaine nuit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
APH Échec & Mat  ::  :: Quartier Fulgur :: Port-
Sauter vers: